L’attentat de la grande mosquée de Québec: Trois ans après la tragédie

arme semi automatique

Aujourd’hui, le 29 janvier 2020, c’est la commémoration du troisième anniversaire de la Tuerie de la grande mosquée de Québec.

En ce triste anniversaire, les pensées ont été plus pour les familles des victimes en général et au orphelins qui grandiront, privés de l’affection et de l’amour paternel. C’est plus à eux les pensées. Tout en condamnant la violence et l’extrémisme sous toutes ses formes.

Rappelant-le, l’auteur de la fusillade du centre islamique de Québec, avec son idéologie et convictions d’extrême droite décidait de faire une descente à la mosquée de Québec pour «sauver des gens et empêcher des attentats terroristes» disait-il, a , du même coup, fait plusieurs morts et blessés, orphelins et veuves. Des vies brisées…

«ce n’est pas les armes qui tuent, c’est l’homme derrière l’arme»


Si «ce n’est pas les armes qui tuent mais c’est l’homme derrière l’arme», si l’auteur de l’attentat est entré dans ce lieu de culte avec des massues, un bâton de baseball ou même un poignard aurait-il fait autant de victimes?


Malgré qu’il était armé jusqu’au dents une de ses victimes a tenté de le désarmer et de le maîtriser. Autrement dit, ce tueur n’aurait pas fait autant de victime, s’il était armé d’autre chose que d’armes à feu.


«Un vrai homme n’a pas besoin d’armes pour se protéger!»

Qui sont-ils et qu’est ce qui poussent ces auteurs d’attentats à commettre l’irréparable?

En plus que les criminels rient bien de nos Lois, tel qu’un événement récent l’a bien démontré. S’ajoute à ça, le fait que certains chroniqueurs et médias alimente la haine, l’homophobie, la misogyne et le racisme.

N’étaient-ils pas tous des citoyens ordinaires, propriétaires légaux de leurs armes à feu et «citoyens honnêtes» avant de basculer dans le camp d’auteurs de tueries et de tragédies?

  • jusqu’au 29 janvier 2017, l’auteur de la tragédie du centre islamique du Québec était un citoyen honnête et respectueux des Lois …
  • L’auteur de l’attentat politique du Métropolis de Montréal aussi était un citoyen honnête si seulement le Parti Québécois n’a pas gagné aux élection de 4 septembre 2012. C’est la faute à la victoire de Mme Marois car elle aspirait à faire du Québec un pays.
  • L’auteur de la fusillade du Collège Dawson de Montréal, le 13 septembre 2006, qui a fait deux morts. possédait trois armes à feu légalement enregistrées.
  • L’auteur de l’attentat de polytechnique de Montréal, aussi, jusqu’au 6 décembre 1989, était un citoyen honnête et propriétaire légal de ses armes à feu.


Soit par leurs idées, convictions ou leurs complexes ou bêtises, basculent et commettent l’irréparable.


Le nombre de commerce d’armes à feu au Quebec a passé de 300 en 2012 à 850 en 2018. Une augmentation de 75%, c’est énorme !

Depuis le 29 janvier 2018, date d’entrée en vivier de la loi sur l’immatriculation des armes à feu au Québec chaque nouvelle arme vendue par un commerce devait être immatriculée et toute arme transférée entre individus ou commerce aussi devait être immatriculée

Selon les chiffres fournis par le ministère de la Sécurité publique, le nombre d’armes d’épaules immatriculées auprès du SIAF a passé 370264 en date du 28 janvier 2019 à 1056714 au 22 janvier 2020.

Immatriculer ses armes constitue est un geste citoyen et acte de civisme. Il démontre l’honnêteté et et l’intégrité, à la fois des entreprises d’armes à feu et des citoyens propriétaire d’armes à feu.


Le fait d’immatriculer les armes ne va pas empêcher une tuerie mais sauvera bien des vies, peut-être celle de votre propre enfant, qui sait?


Les agents de protection de la faune ont acquis le droit d’imposer des constats d’infraction en vertu de la Loi sur l’immatriculation des armes à feu  depuis le 1er décembre 2019. 

la période de grâce se terminera dès l’ouverture de la prochaine saison de chasse, au printemps.

Il n’est jamais trop tard pour se conformer, mieux vaut tard que jamais. Comme dit le proverbe: »Mieux vaut prévenir que de guérir! »

CONCLUSION

  1. Le 29 janvier signifie: le troisième anniversaire de l’attentat du centre islamique de Québec;
  2. Le 29 janvier signifie: la date d’entrer en vigueur de la Loi Québequoise sur l’immatriculation des armes d’épaule;
  3. Le fait de commémorer, de souligner, de marquer cet événement ne constitue en aucun cas un blanchiment et ne donne aucunement un feu vert aux islamistes religieux d’occuper l’espace public ou de s’ingérer dans les affaires de l’état. ceci ne donne aucunement et ne fait aucune nuance quant a à la laïcité de l’état québécois et ne donne aucunement et ne permet pas à l’extrémisme quel qu’il soit de gauche de droite ou religieux qui n’ont pas de place dans notre Québec francophone et laïque et inclusif.


Il ne faut pas laisser la peur et l’ignorance triompher.

Moins il y a d’armes en circulation, moins de risques d’attentats et plus de sécurité.

Please follow and like us:

Laissez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.